Approche microscopique. Modélisation.
La notion d'atome est donnée pour la première fois par Démocrite entre -460 et -370 avant J.C. Il le définit comme la plus petite partie insécable d'un corps simple. Il faudra cependant attendre le XIXème siècle, avec notamment J. Dalton et A. Avodagro pour que l'atome passe d'un concept philosophique à un concept scientifique. Ce n'est qu'au début du XXème siècle que l'on aura les moyens techniques pour sonder la matière à l'échelle subatomique.
  Article rédigé par D. Bousquet, M. Delcey, P. Perrodin et D. Pilard (élèves en M1 à l'ENS Ulm), édité par N. Lévy, responsable scientifique du site CultureSciences-Chimie.   Table des matières 1. Présentation 2. Contexte scientifique 3. L'...
Le processus de solvatation est un phénomène physico-chimique observé lors de la dissolution d'un composé chimique dans un solvant liquide. Les espèces dissoutes sont entourées par des molécules de solvant qui ont une affinité pour elles. Comprendre comment ces molécules de solvant interagissent avec l'espèce dissoute est essentiel pour prédire la réactivité chimique des molécules solvatées.
  Article rédigé par Christophe Cartier dit Moulin & Martine Hasler (communication du CNRS-Chimie), à partir d'un texte de M. Mostafavi, I. Lampre & P. Pernot (chercheurs au laboratoire de Chimie Physique d'Orsay) sur leurs travaux. Il est édité par Nicolas Lévy (professeur agrégé responsable du site ENS-DGESCO...
Le « nanomonde » est le domaine des «nano-objets » : les objets de taille inférieure à cent nanomètres (un nanomètre = un milliardième de mètre). Un grand nombre de nouveaux procédés technologiques, les « nanotechnologies », se développent autour de ces objets et certains prédisent un nouveau bouleversement technologique comparable à la révolution informatique.
  Diaporama réalisé par Damien Baigl (chercheur au département de chimie de l'Ecole Normale Supérieure), relu par Hagop Demirdjian (professeur agrégé à l'ENS).   Table des matières Introduction Ressources en ligne - Bibliographie Présentation ...
Les enzymes sont des protéines (ou parfois des acides ribonucléiques) dont le rôle est de catalyser les réactions chimiques du vivant. Comme tout catalyseur, une enzyme permet d'augmenter la vitesse d'un processus sans être consommée, donc sans apparaître dans le bilan réactionnel. Les enzymes se distinguent toutefois des autres catalyseurs par une efficacité et une spécificité très élevées.  
  Diaporama réalisé par Damien Laage (chercheur au département de chimie de l'Ecole Normale Supérieure), relu par Hagop Demirdjian (professeur agrégé à l'ENS).   Table des matières Résumé Plan Présentation Ressources en...
Cet article passe en revue les caractéristiques qui permettent de remonter à l'origine des différents types de drogues : drogues d'origine naturelle (cannabis, cocaïne, héroïne ...) et drogues de synthèse (ecsatsy, amphétamine ...).
  Article rédigé par Fabien Palhol (maître de conférence au Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques, à Vandoeuvre lès Nancy) et paru dans l'Actualité Chimique d'août-septembre 2003. Il complète les articles précédents sur les effets isotopiques et l'isotope traceur d'...
Cet article expose la théorie des orbitales atomiques appliquée aux atomes hydrogénoïdes et polyélectroniques. Il propose de détailler les approximations effectuées afin de conduire aux diagrammex orbitalaires.
  Article rédigé par Nicolas Levy (professeur au lycée Parc de Vilgénis, à Massy), relu par Hagop Demirdjian (professeur agrégé à l'ENS).     Cet article est accessible en version pdf en suivant ce lien : http://culturesciences.chimie.ens.fr/nodeimages/images/Orbitales_Atomiques_Levy....
Les effets isotopiques sont à l'origine d'applications dans des domaines très variés de la chimie. Ils permettent par exemple d'interpréter l'enrichissement isotopique observé dans les processus biologiques, phénomène mis à profit pour effectuer les analyses chimiques d'authentification de produits naturels et synthétiques. Les effets isotopiques permettent également d'étudier dans le détail les mécanismes réactionnels.
  Article rédigé par Jean-Bernard Baudin (Sous-Directeur du département de Chimie de l'ENS Paris), relu par Marine Pontuer (professeur en CPGE aux lycées Lavoisier et Paul Valery, Paris).   Table des matières I. Introduction II. Définitions II.1. Isotopes...
Le collage est l'une des premières techniques d'assemblage d'une structure que l'Homme ait utilisée en complément éventuel de celle du coincement pour l'emmanchement. Une autre technique, toute aussi ancienne, consistait à réaliser une ligature sur un manche en bois, en os ou encore en corne, les liens étant généralement des tendons de cervidés.
Article rédigé par Michel Barquins (Directeur de recherche au CNRS, laboratoire de physique et mécanique des milieux hétérogènes, ESPCI, Paris), relu par Hagop Demirdjian (professeur agrégé à l'ENS). Vous pouvez également consulter le diaporama associé à cet article...
L'élaboration de " machines " et " moteurs " moléculaires de synthèse représente un domaine particulièrement actif, qui a vu le jour il y a environ une dizaine d'années. Ces machines sont des objets pour lesquels il sera possible de mettre en mouvement une partie du composé ou de l'assemblée molécule considérée, par l'intervention d'un signal envoyé de l'extérieur, alors que d'autres parties seront immobiles. Si une source d'énergie alimente le système de manire continue, et qu'un mouvement périodique en résulte, l'assemblée moléculaire en mouvement pourra être considérée comme un " moteur ".
  Article rédigé par Jean-Pierre Sauvage (membre de l'Académie des Sciences, directeur de recherche CNRS UMR 7513 - Université Louis Pasteur, Strasbourg - Laboratoire de Chimie Organo-Minérale) extrait du rapport de l'académie des sciences : Nanosciences, nanotechnologies, publié par l'éditeur Tec & Doc Lavoisier...
Les principaux éléments qui constituent les molécules naturelles sont généralement présents sous forme de plusieurs isotopes stables. La différence entre les deux types d'isotopes provient du nombre de neutrons, plus élevé pour le premier, qui induit une masse atomique supérieure. L'écart de masse entre les isotopes d'un élément chimique peut être suffisant pour modifier les propriétés physiques et chimiques des molécules fabriquées à partir de différents isotopes.
  Article rédigé par Gérald Remaud et Serge Akoka (Professeurs, Laboratoire d'Analyse Isotopique et Electrochimique de Métabolismes, LAIEM - UMR-CNRS 6006, Faculté des Sciences et des Techniques de Nantes), relu par Guillaume Champion (professeur agrégé à l'ENS).     Table des mati...