Les nanomachines moléculaires : de la biologie aux systèmes artificiels et aux dispositifs.
Print Print
Publié le 03/05/2004
Résumé

L'élaboration de " machines " et " moteurs " moléculaires de synthèse représente un domaine particulièrement actif, qui a vu le jour il y a environ une dizaine d'années. Ces machines sont des objets pour lesquels il sera possible de mettre en mouvement une partie du composé ou de l'assemblée molécule considérée, par l'intervention d'un signal envoyé de l'extérieur, alors que d'autres parties seront immobiles. Si une source d'énergie alimente le système de manire continue, et qu'un mouvement périodique en résulte, l'assemblée moléculaire en mouvement pourra être considérée comme un " moteur ".

 

Article rédigé par Jean-Pierre Sauvage (membre de l'Académie des Sciences, directeur de recherche CNRS UMR 7513 - Université Louis Pasteur, Strasbourg - Laboratoire de Chimie Organo-Minérale) extrait du rapport de l'académie des sciences : Nanosciences, nanotechnologies, publié par l'éditeur Tec & Doc Lavoisier

 

 

 

Cet article, paru dans le rapport de l'académie des sciences Nanosciences, nanotechnologies, publié par l'éditeur Tec & Doc Lavoisier, est accessible ici en version pdf : http://culturesciences.chimie.ens.fr/nodeimages/images/NanomachinesJPSauvage.pdf

L'élaboration de " machines " et " moteurs " moléculaires de synthèse représente un domaine particulièrement actif, qui a vu le jour il y a environ une dizaine d'années. Ces machines sont des objets pour lesquels il sera possible de mettre en mouvement une partie du composé ou de l'assemblée molécule considérée, par l'intervention d'un signal envoyé de l'extérieur, alors que d'autres parties seront immobiles. Si une source d'énergie alimente le système de manire continue, et qu'un mouvement périodique en résulte, l'assemblée moléculaire en mouvement pourra être considérée comme un " moteur ".

Attention : Pour visionner cet article, il est nécessaire d'utiliser le plug-in Acrobat Reader

 

 
 
 
 
Dernières publications