Enquête utilisateur
Nuit européenne des chercheur.e.s
 
Date: 29 Septembre 2017
 
 

Le 29 septembre 2017, la Nuit Européenne des Chercheur.e.s s’invite dans plus de 200 villes en Europe dont 12 villes en France: Angers, Besançon, Bordeaux, Brest, Dijon, Le Mans, Limoges, Lyon, Marseille, Paris et Toulouse/Albi. Cet événement nocturne donne l’opportunité aux visiteurs de rencontrer en direct des chercheur.e.s de toutes disciplines, au cœur d’espaces insolites et scénographiés. Une soirée pour toucher du doigt la recherche en train de se faire. Impulsée par la Commission européenne, La Nuit Européenne des Chercheur.e.s est organisée en France par un consortium piloté par l’Université de Bourgogne-Franche Comté.

Comme chaque année, les milliers de visiteurs peuvent déambuler au gré de leur curiosité à travers des espaces scénographiés provoquant ainsi des rencontres simples et sans barrière de savoir. Ils ont la possibilité d’assister ou de participer à des mini-conférences et à des animations pétillantes. Les visiteurs prennent ainsi plaisir à s’immerger dans l’univers des chercheur.e.s.

L'édition 2017 de cette nuit des chercheurs a pour thème "imPOSSIBLE?". Les discussions porteront sur la thématique : comment les « imPOSSIBLES d’hier » ont-ils été finalement surmontés ? Un « progrès » devenu scientifiquement possible est-il éthiquement acceptable ? ImPOSSIBLE pour quelles raisons ? Raisons scientifiques ? Economiques ? Sociétales ? Guérir le cancer, vivre sur une autre planète, c’est imPOSSIBLE jusqu’à quand ?

Outre les conférences et animations, une Grande Expérience Participative (GEP) vous sera proposée. Les participants de l’expérience vont discuter entre eux d’un problème donné, et les expérimentateurs observeront la façon dont les réponses changent, ou non, au fil de la discussion. Les organisateurs ont choisi cette année de s’intéresser à la question de la propagation de l’information car, aujourd’hui plus que jamais, il est important de comprendre comment les informations se propagent entre les individus. De mauvaises informations – les fameuses « fake news » par exemple – semblent se diffuser aisément, alors que d’autres informations, pourtant importantes, ne se répandent que très difficilement. C’est notamment le cas pour le réchauffement climatique, la vaccination...

Coordonnée par le groupe Traces de l’Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes à Paris, la GEP est mise en place par les universités et laboratoires de recherche des villes de la Nuit Européenne des Chercheur.e.s avec notamment Nicolas Claidière, chercheur en psychologie et spécialisé dans l’étude de l’évolution des comportements sociaux (CNRS, Laboratoire de Psychologie Cognitive, Aix-Marseille Université), ainsi que Hugo Mercier, chercheur en sciences cognitives, spécifiquement dans les domaines du raisonnement, de la communication, de la psychologie interculturelle (CNRS, Institut des Sciences Cognitives - Marc Jeannerod, Université de Lyon).

Pour en savoir plus