Revue de Presse - novembre-décembre 2017
Print Print
Publié le 09/04/2018
Résumé

Cette revue de presse est le fruit des lectures de divers périodiques par des enseignants de sciences physiques en novembre-décembre 2017. Bonne lecture !

Les périodiques intéressants pour les chimistes sont nombreux, mais le temps manque parfois pour les éplucher. Pourquoi ne pas lire la revue de presse chimique ?
Plusieurs collègues enseignant la chimie en lycée, BTS, CPGE ou université proposent périodiquement une sélection d'articles utiles pour les professeurs de chimie.
Vous voulez signaler un article ou un site internet intéressant ? N'hésitez pas à nous rejoindre en nous écrivant à RevueDePresseChimique@gmail.com.
 
Les personnes ayant participé à la conception de cette revue de presse des mois de novembre et décembre 2017 sont:
  • L’Actualité Chimique : Anne-Sophie Debled
  • BUP : Thomas Zabulon
  • Pour la Science & La Recherche : Antoine Eloi
  • Coordination : Jean Lamerenx

Table des matières:

L'Actualité Chimique - décembre 2017 (n° 424)

BUP - novembre-décembre 2017 (n° 998 et 999)

La Recherche - décembre 2017 (n° 530)

L'Actualité Chimique - décembre 2017 (n° 424)

Nouveaux outils synthétiques pour une chimie respectueuse de l’environnement

Actualité Chimique, n°424, décembre 2017, pages 50-55

Estelle Métay

La recherche d’alternatives aux ressources pétrolières associée à l’identification de produits et réactifs toxiques ont entrainé le développement de nouveaux outils pour les chimistes organiciens. Les conditions doivent répondre aux principes d’une chimie durable en considérant la nature des solvants utilisés, ainsi que la production de déchets. Cette approche est illustrée à travers la synthèse d’éthers d’aryles et la substitution des hydrures de bore et d’aluminium.

L’auteur a reçu la Médaille de bronze du CNRS en 2016 pour ses travaux.

L’article donne des exemples de méthodes modernes de réduction en chimie organique et d’utilisation des complexes de métaux de transition.

Degrés d’oxydation métalliques et ligands redox non innocents : de Charybde en Scylla

Actualité Chimique, n°424, décembre 2017, pages 61-67

Grégory Nocton

La notion du degré d’oxydation métallique dans les complexes de coordination est subtile et mérite que l’on s’y attarde en détail. Deux idées s’opposent : celle du degré d’oxydation formel, résultant du simple décompte de charges, et celle du degré d’oxydation spectroscopique, qui peut être mesuré par différentes techniques spectroscopiques. En fonction des ligands qui enserrent le centre métallique, l’un et l’autre peuvent être proches, voire identiques, et même parfois très différents.

Aujourd’hui populaire en chimie de coordination, le concept de ligands redox non innocent (c’est-à-dire empêchant de définir aisément le degré d’oxydation du centre métallique) a été introduit. Il peut contribuer à mieux relier les propriétés redox des complexes de coordination à leurs propriétés physiques et/ou à leur réactivité potentielle, en vue de développer de nouvelles applications. L’auteur a reçu la Médaille de bronze du CNRS en 2016 pour ses travaux.

Cet article propose plusieurs exemples de ces molécules à la structure électronique non usuelle avec des métaux de transition mais aussi des lanthanides.

BUP - de novembre à décembre 2017 (n° 998 et 999)

Adapter l’enseignement pour donner du sens aux incertitudes

BUP, Novembre 2017, n° 998, pp 1111-1126

A. Cassarieu et A. Tiberghien

Cet article reprend les idées d’un atelier du Congrès 2017 de l’UdPPC à Limoges. Il ne s’agit pas d’un texte présentant des méthodes de « calculs d’incertitudes » (il en a été publié de nombreux ces dernières années). L’article propose une réflexion sur les raisons scientifiques de détermination des incertitudes et des pistes pour en faire quelque chose d’utile et qui soit plus parlant pour les élèves, en limitant ces calculs et en les utilisant pour valider un modèle, comparer des méthodes expérimentales…

Les exemples sont choisis dans le domaine de la physique, mais leur esprit est transposable à la chimie.

Thermochromisme d’un complexe du cobalt (II)

BUP, Décembre 2017, n° 990, pp 1221-1253

J. Piard, B. Gatin-Fraudet, A. Grenier, T. Maujean, L. Péault, R. Méallet-Renault

Cet article présente une étude très complète de l’équilibre entre [Co(H2O)6]2+ et [CoCl4]2–. Il débute par des rappels sur l’absorption de la lumière par les complexes des métaux de transition (avec exploitation de diagrammes de Tanabe-Sugano). Puis il présente un protocole opératoire détaillé pour l’étude de l’équilibre entre les deux complexes du cobalt en fonction de la température, par étude de l’absorption de leurs solutions dans des mélanges acétone-eau. On peut ainsi déterminer les grandeurs thermodynamiques associées à cet équilibre et confronter les prévisions du champ cristallin à ces grandeurs. Il est préférable de disposer d’un spectrophotomètre thermostaté pour effectuer ces expériences (entre 15 et 50 °C).

La Recherche - décembre 2017 (n° 530)

Quand les chimistes tablaient sur les affinités

La Recherche, n° 530, décembre 2017

Éric SARTORI

Pendant des siècles, la théorie des affinités électives a fédéré les plus grands chimistes européens, qui rivalisaient de tables pour caractériser l'attraction spéciale de certains éléments entre eux. Avant que Claude-Louis Berthollet, inventeur du concept moderne de la réaction chimique, ne mette un terme à la question en 1801. Cet article consacré à l'histoire de la chimie revient sur la classification périodique et sur les premières théories mises en place pour rationaliser la réactivité chimique.

 
 
 
 
Dernières publications