Les complexes de nickel (II)
Print Print
Publié le 18/06/2003
Résumé

Cette manipulation permet de mettre en évidence des complexes colorés du nickel (II), métal de transition, mais aussi la stabilité relative de ceux-ci. Les complexes de nickel seront préparés à partir de solutions aqueuses d'éthylènediaminetétraacétate (EDTA), d'ammoniac (NH3), d'éthylènediamine (en), de diméthylglyoxime (dmg).

 

Article rédigé par H. Soyer (professeur agrégée à l'ENS), relu par V. Prévost (professeur CPGE au Lycée Corneille (Rouen)).

 

Introduction

 

Cette manipulation permet de mettre en évidence des complexes colorés du nickel (II), métal de transition, mais aussi la stabilité relative de ceux-ci. Les complexes de nickel seront préparés à partir de solutions aqueuses d'éthylènediaminetétraacétate (EDTA), d'ammoniac (NH3), d'éthylènediamine (en), de diméthylglyoxime (dmg).

 

Sécurité.

  

Attention les sels de nickel sont dangereux par contact avec les yeux et par ingestion. Certains composés du nickel pourraient être carcinogènes ou cancérigènes.

Les solutions d'acide chlorhydrique, d'éthylènediamine, d'ammoniac concentrée sont irritantes pour la peau, les yeux et le système respiratoire.

Protocole expérimental

 

Dissoudre environ 1,5 g de chlorure de nickel (II) NiCl2, dans 40 mL d'acide chlorhydrique concentré HCl pour former un complexe jaune-vert d'hexachloronickelate (II), NiCl64 - (il peut rester du solide qui ne se dissout pas).

Verser la solution obtenue dans 500 mL d'eau distillée. Le complexe vert pâle d'hexaaquanickel (II), Ni(H2O)62+ , apparaît.

Dans un bécher, verser 1/3 de la solution précédemment obtenue. Ajouter alors 40 mL d'une solution à 0,1 mol.L-1 de sel disodique d'EDTA (Na2H2Y) dans de l'acétate de sodium à 2 mol.L-1. On obtient alors un complexe bleu clair d'éthylènediaminetétraacétatonickelate (II) Ni(EDTA)2-.

Aux 2/3 de la solution restante de Ni(H2O)62+, ajouter 30 mL de solution d'ammoniac concentrée. La solution devient bleu-lavande, par apparition du complexe hexaamminenickel (II), Ni(NH3)62+. La solution est divisée en deux parties égales.

Ajouter à une partie, 5 mL d'une solution aqueuse d'éthylènediamine (en) à environ 1,5 mol.L-1 pour obtenir un complexe rose-violet dont la formule pourrait être Ni(en)(NH3)42+ (tétraammineéthylènediaminenickel (II)).

A la seconde partie, une solution de diméthylglyoxime (dmg) à 1% dans l'éthanol est additionnée pour former un précipité rouge de Ni(dmg)2 (didiméthylglyoximatonickel (II)).

Observations et interprétations

 

Cette manipulation montre les différentes colorations de complexes de nickel (II). De plus, elle permet de discuter des stabilités relatives des différents complexes formés. Enfin, on peut s'interroger sur la relation entre stabilité des complexes et la nature des ligands (monodente, bidente).

Références bibliographiques pour approfondir

 

Journal of Chemical Education, vol. 57, n°12, décembre 1980, p.900-901

[2] D. F. Shriver. P. W. Atkins. Inorganic Chemistry. Oxford Chemistry Press. 1999.

[3] E. Huheey. E. A. Keiter. R. L. Keiter. Chimie inorganique. De Boeck Université, Paris. 1996.

 
 
 
 
Dernières publications